Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tour de mesure du niveau de l'eau sur la Seine. Illustration ITeM info. DR.
Tour de mesure du niveau de l'eau sur la Seine. Illustration ITeM info. DR.

Alors que l’Europe débat péniblement sur la dette et que les USA flirtent avec leur Armagedon financier, Michel Barnier, commissaire européen chargé des marchés financiers, propose de durcir les règles s'appliquant aux agences de notation et souhaite leur interdire de noter un pays faisant l'objet d'un plan d'aide international.

Plusieurs responsables européens ont récemment dénoncé « l'oligopole» des trois agences anglo-saxonnes. « Il ne s'agit pas de briser le thermomètre (...) Mais quand un Etat est membre de l'Union européenne et bénéficie de la solidarité de ses membres, quand il suit un programme de soutien international, on ne peut pas ne pas en tenir compte », estime M. Barnier. « Dans ces conditions, il faut aussi se poser la question, comme Mme Lagarde l'a fait, de savoir s'il faut permettre les notations souveraines quand un Etat est sous programme international».

Selon le cabinet Roland Berger, l'Union devrait mobilise 300 M€ pour créer une agence de notation européenne. A moins que les banques suisses ne le fassent à sa place. Ou la Chine.

Reste que le problème n'est pas que les trois grandes agences de notations soient américaines. Ni même que leurs méthodes de cotation soient discutables. La vertu des statistiques est en effet de montrer qu'on peut utiliser un instrument imprécis et même faussés mais ne pas se tromper. Même si les mesures sont inexactes, la tendance que suit la série de données est la bonne. Et la tendance, en Grèce, comme en France, n'est pas bonne.

Tag(s) : #Van Gulden, #Economie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :