Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Immobilier commercial : remplir, il le faut

Selon Procos, le taux de vacance dans les centres commerciaux français a augmenté de 50 % en deux ans. En cause : la surproduction des surfaces et des stratégies risquées. La fédération avait déjà pointé la hausse de la vacance commerciale en centre-ville et dans les parcs d’activités périphériques. Dans les centres commerciaux, elle serait passée de 4,6 % en 2012 à 7,6 % aujourd’hui. « 75 % des centres commerciaux bénéficiaient d’une situation très favorable en 2001, avec un taux de vacance inférieur à 5 %. Ils ne sont plus que 60 % dans ce cas en 2014. A l’autre extrémité, 14 % des centres commerciaux présentaient un taux de vacance supérieur à 10 % en 2001. Ils sont désormais 18 % » note la fédération. Paradoxalement, les centres les plus anciens résisteraient mieux, avec une vacance de l’ordre de 5 %. Mais la dernière génération de malls trouverait difficilement sa place dans un marché à maturité. Certains produits seraient particulièrement menacés, comme les petites galeries marchandes en centre-ville et les très grands centres commerciaux « dont la zone primaire se caractérise par un faible niveau de revenu ». Des choix de positionnement risqués expliquent aussi certains déboires : « les opérateurs ayant développé les opérations les plus singulières en termes de programmation (absence de locomotive alimentaire, forte composante culture-loisirs et restauration) et de localisation (en général sur d’anciennes friches industrielles ou portuaires situées aux abords d’un centre-ville historique. Pour sa part, le CNCC conteste la méthode et les résultats de cette étude, sans toutefois publier des chiffres alternatifs. Selon l’indicateur de l’EPRA [European Public Real Estate Association], le taux de vacance serait entre deux et six fois moindre.

Tag(s) : #Immobilier, #Economie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :