Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Où va le temps qui passe ?

#3 Pétrole, déflation. On n'y comprend plus rien. L'inspecteur Derrick mène l'enquête

Le vice-président de la BCE évoque une inflation négative -Reuters le 20/12/2014-

« Plusieurs mois d'inflation négative ne se traduiraient toutefois pas par une déflation, précise-t-il : "Il faudrait des taux négatifs sur une période plus longue. S'il s'agit seulement d'un phénomène temporaire, je n'y vois pas de danger. »

On ne peut qu’être d’accord. Cette baisse à venir du niveau général des prix sera largement alimentée par celle des coûts de l’énergie. S’agissant de la formation du prix d’un bien consommable dont l’élasticité est complexe tout engage à la plus grande prudence. Une étincelle au Proche ou Moyen Orient aurait tôt fait de changer les données.

Cependant toute la question est de connaître le niveau réel des stocks dans les pays consommateurs et celui à venir de la demande. Il s’agît, à l’occasion de l’effondrement brutal du prix du baril, d’appréhender le poids de la spéculation sur le marché du brut. On sait que les producteurs eux-mêmes sont des intervenants d’autant plus actifs, sur les marchés à terme, qu’ils sont détenteurs d’une couverture physique limitant considérablement leurs risques. Ainsi début 2009, très peu de mois après l’effondrement de Lehmann Brothers, l’écart entre le prix économique et la valeur du pétrole cotée au NYMEX – 140$ - atteint son maximum. L’observation des indices des frets maritimes pétroliers viendra ensuite corroborer le phénomène.

Le recul des volumes consommés a-t-il eu raison de la spéculation ? Aujourd’hui ces indices - Baltic Tanker Index – , par exemple, ne reflètent aucun signe dépressionnaire. Si bien que l’on ferait rapidement sienne l’hypothèse d’un prix résultant d’un règlement de compte stratégique entre Washington et Moscou.

On demeurerait dans l’expectative si l’évolution des indices des matières premières et de leur prix ne révélait, à quelques exceptions près, ce qu’il convient d’appeler, pour adopter un vocabulaire économiquement correct, un certain tassement des prix.

Inflation négative ? Prémices d’une déflation que l’on refuse, on comprend pourquoi, de nommer ?

A bien des égards 2015 nous apportera des réponses à certaines questions que nous nous posons depuis l’automne 2007. Reprise, schéma à la japonaise ou effondrement de la demande et apparition du mythe tragique de la surproduction ? Réponse au cours du premier semestre à venir.

Où va le temps qui passe ?

C'est donc la BCE qui a autorité pour définir les concepts économiques...

Bartolomeu cherche à comprendre.

Où va le temps qui passe ?
Où va le temps qui passe ?
Tag(s) : #Où va le temps qui passe, #Economie, #Bartolomeu
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :