Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Communiqué # Intervention FNAUT

A la demande de la Fédération Nationale des Agences d'urbanisme, Yves Schwarzbach, directeur associé d'ITeM urban intelligence intervient le 27 mars 2013 sur le thème "Le numérique peut-il révolutionner le péri-urbain ?". Ce séminaire s'inscrit dans le cadre de la préparation des 34e rencontres annuelles de la FNAU, intitulées "Un avenir à bâtir".

A l'ère de la ville numérique, Yves Schwarzbach développe l'idée paradoxale que les métropoles sont surtout périurbaines et que centralité rime avec polycentrisme. Et d'ajouter : "ce que changent les TIC dans l’organisation spatiale, c’est qu’elles introduisent la possibilité de circuits courts, d’économie circulaire ou d’économie solidaire, de solidarités infralocales. Elles nous plongent dans le « GLOCAL », c’est à dire dans la capacité à résoudre localement des problématiques mondiales."

Deuxième idée forte : la notion de métropole est une notion de réseau et non une question institutionnelle. Les territoires périurbains sont des territoires de flux, de pulsations, de dynamique, permettant de vivre autonome et relié. Loin d'être des territoires de deshérence, ils représentent l'avenir des villes « déconcentralisées » ne serait-ce que parce qu'ils sont en mutation permanente.

Enfin, la ville vectorielle, à la fois smart city, ville soutenable et ville agile, fonctionne sur un mode d'inscription et non pas de prescription. Et de rappeler que, selon l’historien Michel Angot, le modèle sociétal Français, est encore caractérisé par un individualisme fort et par un lien collectif faible. Ce que propose désormais la ville vectorielle, c’est la conciliation entre un individualisme fort, donc une vraie liberté individuelle, et un lien collectif fort, dont une vraie démocratie. Avec une une gouvernance en grappe (cluster). Yves Schwarzbach conclut ainsi : « le monde périrubain est en train de révolutionner la ville et les TIC lui apportent des outils puissants qui peuvent révolutionner les modes de vie, donc les modes de penser et de fabriquer la ville. La meilleure façon de répondre à une question, c’est d’imaginer une réponse et de réécrire le problème. C'est ce que nous devons faire pour reformuler la ville de demain».

Programme des rencontres :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :